C’est que quand c’est écrit c’est pas facile à suivre…

Au jour de l’autodafé dernier – logique acmé de l’eschatologie littéraire –, il faudra bien que l’on s’interroge un peu sur ceux qui, peu ou prou, nous ont menés là.

Sur France Info, chaque semaine, Valérie Expert anime À livre ouvert. On est entre libraires. On sait de quoi on parle.

25 février… on vient d’évoquer un livre “divertissant”. Tout le monde est bien content.  Patatra ! L’ouvrage suivant, lui, “c’est autre chose, hein…”. Écoutons :

[Libraire :] — J’ai du mal à parler de ce livre mais je tiens à en parler. C’est pas facile d’en parler parce que tout tient vraiment sur l’écriture. Alors décrire une écriture, c’est un peu particulier à faire…

[Animatrice :] — Oui, c’est pas évident, ça peut faire peur… On se dit que si ça parle d’écriture c’est que c’est un peu ennuyeux…

Sur le service public, à livre ouvert, désormais, on vous le dit : écriture = ennui… Je répète : “écriture = ennui”…

Au jour de l’autodafé dernier, Valérie Expert, comme tant d’autre, aura sa place à la droite du Grand Autodafeur. Le pire, c’est qu’elle n’en a sans doute pas la moindre conscience.

Pensum littéraire

A propos Renaud Marhic

Journaliste indépendant, Renaud MARHIC a collaboré à des publications choisies (Charlie Hebdo, Le Vrai Papier Journal, etc.). Essayiste, romancier, auteur jeunesse, il a publié une vingtaine d’ouvrages chez divers éditeurs. Grand amateur de récits folkloriques et légendaires – pour ce qu’ils révèlent de l’humain –, Renaud MARHIC vit en Bretagne. Devenu le “Petit Reporter de l’Imaginaire”, sa série Les Lutins Urbains met à l’honneur un “merveilleux merveilleusement incorrect”, invitant le jeune lecteur à une réflexion sur quelques thèmes universels, sans moralisme, en tout humanisme.
Ce contenu a été publié dans Eschatologie littéraire, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *