La bataille de l’imaginaire

Gérer notre imaginaire est un droit. Ne pas l’exercer serait à la fois coupable et risqué. Parce que, avant tout, la littérature nous constitue en tant qu’êtres humains.

À ce titre, les textes dont je suis l’auteur ne relèvent pas de la seule distraction (sauf à confondre culture et “entertainment”).

À ce titre, ils ne sauraient être tenue pour simple marchandise (sauf à tenir notre imaginaire pour marché).

Au moment de relancer ma littérature “7-77 ans”, j’ai décidé de ne pas l’oublier.

Plus que jamais, la bataille de l’imaginaire est engagée.

Supermatou contre SupermanSupermatou contre Superman, Poirier, Pif Gadget n°530, 1979

 

A propos Renaud Marhic

Journaliste indépendant, Renaud MARHIC a collaboré à des publications choisies (Charlie Hebdo, Le Vrai Papier Journal, etc.). Essayiste, romancier, auteur jeunesse, il a publié une vingtaine d’ouvrages chez divers éditeurs. Grand amateur de récits folkloriques et légendaires – pour ce qu’ils révèlent de l’humain –, Renaud MARHIC vit en Bretagne. Devenu le “Petit Reporter de l’Imaginaire”, sa série Les Lutins Urbains met à l’honneur un “merveilleux merveilleusement incorrect”, invitant le jeune lecteur à une réflexion sur quelques thèmes universels, sans moralisme, en tout humanisme.
Ce contenu a été publié dans De la main gauche, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *